GOUROU ANGAD DEV

               (1504-1552, Succession du Gourou - 1539-1552)

 

     Gourou Angad Dev naquit le 31 mars 1504 dans un village appelé Harike dans le district de Ferozepur au Penjab. Son père, Bhai Pheru, était commerçant. À sa naissance ses parents l'appelèrent Lehna. Il se  maria à l'âge de quinze ans. Sa femme, Khivi était native de  Mattei  di Sarai dans le district de Férozepur. Son père ne désirait plus vivre à Harike et avec  sa famille, il retourna dans sa ville natale et si installa.. La femme de Bhai Lehna  donna la naissance à deux filles, Amro et Anokhi, et deux fils qu'on  appela Dasu et Datu.

     Quand la ville de Mattei di Sarai fut saccagée par les Moghols et les Baloches, Bhai Lehna et son père se  déplacèrent à Khadur,qui maintenant est une ville célèbre proche de Tarn Taran. Bhai Lehna  devint très religieux sous l'influence de sa mère, Daya Kaur, et il  devint un dévot de Durga, la déesse de la Shakti. Il organisa des pèlerinages annuels de dévots Hindous jusqu’à Jawalamukhi, un endroit où se trouve un temple de Durga, dans  l’Himalaya  où le feu naquit des montagnes. Il avait l’habitude de conduire la danse de Durga autour du feu.

     Bhai Jodha, un disciple du Gourou, vivait à Khadur et il avait coutume  de se lever chaque matin tôt et de réciter  le Japji et Asa di Var. Un jour alors que Bhai Lehna  écoutait attentivement le Sabad Divin récité par Bhai Jodha, son esprit  obtint la paix. Après le lever du jour  il  demanda à Jodha, qui avait composé ce cantique. Bhai Jodha  lui parla longuement de Gourou Nânak  qui vivait à Kartarpur à ce moment là. Le Sabad Divin avait eu un tel impact sur Bhai Lehna que son esprit  devint  impatient de rencontrer le  Gourou. En route pour son pèlerinage annuel à Jawalamukhi, il  interrompit son voyage à Kartarpur pour rendre hommage au Gourou. Pendant l’entrevue, Gourou lui  parla  du Vrai Créateur. Cela  fit une telle impression sur Bhai Lehna qu'il  jeta les cloches qu'il portait avec lui pour danser en l’honneur de la déesse. Il  obtint une telle paix spirituelle qu'il  décida d'interrompre son  pèlerinage et de  vivre avec Gourou. En voyant  augmenter sa dévotion, Gourou lui  dit un jour qu'il devrait retourner chez lui afin d’y régler ses affaires et qu’à son retour il l’initierait comme l’un de ses sikhs (disciples). A ces mots, Bhai Lehna  revint à Khadur pour quelque temps.

     Un récit détaillé se trouve dans le chapitre précédent concernant les circonstances et la manière  dont se fait la succession du Gourou (Gourouship). Un jour alors que les Sikhs étaient rassemblés, Gourou Nânak  assit Bhai Lehna à sa propre place, mettant cinq païse et une noix de coco devant lui et il se courba devant lui et dit à Bhai Bouddha, "C'est mon successeur - Gourou Angad; tracez un tilak (trait) sur son front en signe de témoignage de sa succession". Bhai Bouddha  fit ainsi .Gourou  ordonna alors à ses disciples d'obéir et de servir Gourou Angad; qui était à la  propre image du Gourou. Bhai Gurdas décrit la succession à Gourou d'Angad (Var 1, pauri-45):

 

     "Angad  obtint le même tilak, le même parapluie sur sa tête,

     et s'assit sur le même vrai trône que Gourou Nânak. L'image pure

     de Gourou  Nânak  entra dans Gourou Angad et  proclama

     la souveraineté."

 

Après la cérémonie de la succéssion, Gourou Nânak ordonna à Gourou

Angad  de retourner à Khadur. Et   Gourou Angad  revint à Khadur

et y resta toute sa vie.

 

GOUROU ANGAD SE RETIRE DU MONDE:

 

    Le  Gourou s'assit dans une pièce fermée à clé à l'extérieur de la ville de Khadur, et médita sur Dieu sans  distraction ou interruption. Il ne mangeait  et ne buvait rien à l’exception d ‘un pot de lait quotidien. Ainsi six mois passérent ainsi, sans que les Sikhs ne connaissent  le lieu où  se trouvait

Gourou. Un jour Bhai Lalo, Bhai Saido, Bhai Ajita et d'autres Sikhs vinrent voir  Bhai Bouddha et lui  demandèrent quel était le lieu où se trouvait Gourou. Ils avaient cherché à Khadur et dans les alentours mais sans succés.  On  dit que Bhai Bouddha  concentra ses pensées sur Gourou et qu’ il fut capable de visualiser son lieu de méditation. Le lendemain ils allèrent  tous  à la maison  prés de Khadur  où Gourou était assis solitaire. Le  propriétaire de la maison ne leur  donna aucune information mais il alla à l'intérieur et informa Gourou de la visite de quatre Sikhs. Gourou  dit au propriétaire de les laisser entrer. Il   embrassa Bhai Bouddha et prononça le Slok suivant:

 

     "Coupez la tête de celui  qui ne loue pas le Seigneur,

      Nânak, prenez et brûlez le corps misérable qui ne sent pas la

                                             douleur de la séparation."

 

                                                                 (Slok Mohalla 2, p-89 Gourou Granth Sahib)

 

Bhai Bouddha lui  demanda de prendre sa place comme Gourou et de recevoir les Sikhs publiquement. Après  cela Gourou Angad se leva et  mit fin à sa retraite. Quand Gourou  sortit, les foules  allèrent le voir et lui  présentèrent  leurs offrandes. Quoi qu'il ait reçu, Gourou  passa  à sa cuisine. Il y eut des prières ininterrompues, des chants des hymnes et  la répétition du Nom.

 

L'EMPEREUR HUMAYUN RENDIT VISITE AU GOUROU:

 

     L'empereur Humayun hérita du trône de son père Baber mais il fut renversé par Sher Shah. Humayun se renseigna s’il existait un saint qui pourrait l'aider à reconquérir son trône et son royaume. On lui  suggéra d’obtenir l'assistance de Gourou Angad. Alors, Humayun  vint à Khadur. A son arrivée Gourou était en extase et les ménestrels  chantaient  les hymnes. L'Empereur était  resté  debout et il se sentit offensé, dans un  moment de rage, il  mit sa main sur la poignée de son épée avec l'intention de frapper Gourou. L'épée, cependant, ne sortit pas de son fourreau,  donnant  ainsi à Humayun le temps de se repentir sur son acte. Alors Gourou  lui  adressa les mots suivants: "Où était votre épée quand vous étiez face à  Sher Shah? Maintenant alors que vous êtes  parmi des prêtres, au lieu de les saluer respectueusement,  vous les menacez avec votre épée. D'une manière lâche vous avez fuit  la bataille et maintenant vous vous comportez comme un héros qui  souhaite attaquer des prêtres plongés dans leurs prières". Humayun se repentit et  demanda  l'assistance spirituelle du Gourou. Il répondit, "Si  tu n'avais pas mis ta main  sur la poignée de ton épée tu aurais obtenu en un instant ton royaume. Retourne dans ton propre pays maintenant, et quand tu retourneras tu  retrouveras ton royaume". Humayun

 revint dans son pays et  ayant obtenu un renfort de cavalerie de la part du roi de Perse, il  revint en Inde. Après  une dure bataille  il  retrouva son empire et  prit Delhi.

    

L'ECRITURE  GURMUKHI:

 

    Bien qu’il fut imparfait, l'alphabet Penjabi  existait au temps de Gourou Nânak, mais Gourou Angad  modifia et  affina l'écriture existante.Dés que Gourou eut terminé l'alphabet modifié, il fut appelé ' Gurmukhi' - c'est-à-dire la parole à travers la bouche du Gourou.

     Gourou Angad  adopta cette écriture car il rejetait toutes les autres formes d’écritures et cette dernière était adaptée au langage du peuple, de plus elle contribuait aussi à renforcer leur culture. A partir de ce moment là Gourou commença à retranscrire le  Penjabi en utilisant les lettres Gurmukhi.

 

BABA AMAR DAS  VISITE GOUROU ANGAD:

 

     Baba Amar Das habitait dans un village appelé  Basarka proche d'Amritsar. Il était un fervent croyant  en la foi Vaishnav et il jeûnait régulièrement. Chaque année il  allait à Hardwar en pèlerinage,  pour se baigner dans la rivière Ganges et donner des aumônes aux pauvres. C’etait son  vingt et unième  pèlerinage et il avait alors soixante-deux ans. Il revenait de Hardwar quand il  décida de dormir  à l'extérieur  du village de Mihra .Là il  rencontra un  Sadhu (un moine) Vaishnav avec qui il  devint si intime qu'ils  préparèrent la cuisine l'un pour l'autre. Ils  continuèrent leur voyage ensemble et quand le moine rencontra Baba Amar Das, il lui  demanda qui était son Gourou,  qui lui avait apprit une telle piété et une telle  sagesse. Baba Amar Das  répondit qu'il n'avait aucun Gourou. En entendant cela le moine  dit, "J'ai péché en mangeant des mains d’un homme qui n'a aucun Gourou. Mes ablutions dans le Ganges n'ont plus de valeur maintenant. Je peux être purifié seulement si je reviens me baigner dans le Gange à nouveau". Après s’être lamenté, le Sadhu  partit.

     Ce fut un grand choc pour Baba Amar Das qui fut touché dans  son cœur, il pensa qu'il était un homme sans Gourou (Nigura):

 

     "Satgur bajho gur nahi koee,  nigurei ka hai nau bura."

 

                                                (Asa Rag Mohalla 3, p-435)   

 

     ' Satgur est Gourou compétent et sans cela aucun autre Gourou

      est digne d'acceptation mais si une personne n'a du tout aucun Gourou,

      le nom de cette personne est coupable".

  

       Traduction du précité.

                                         

Il  commenca à réfléhir sérieusement comment il pourrait trouver un Gourou et il   pria pour cela. Un jour tôt le matin il  entendit une mélodie divine qui  fit frissonner son cœur et il  resta sous le charme à écouter cet hymne. C’était la  voix de Bibi Amro, la fille  de Gourou Angad, qui avait êté mariée récemment à son neveu. Bibi Amro avait  coûtume de se lever tôt, de se baigner et de réciter le Japji et d'autres hymnes de Gourou Nânak. Bibi Amro  récita le Sabad ci-dessous que Baba Amar Das entendit:

 

     "Aucune soeur,  ni belle-soeur, ni avec l’homme;

      Mais le vrai rapport avec le Bien-aimé, quand vous arrivez à le trouver

                    à travers Gourou, ne sera jamais détruit

      Je suis un sacrifice pour mon Gourou, je suis toujours un sacrifice  pour lui.

      Je suis devenu las de vagabondage sans un Gourou;

      Maintenant les prières de Gourou m'ont uni avec mon Bien-aimé .

      .......................................................

                                        (Maru Mohalla 1, p-1015)

 

Baba Amar Das  demanda à Bibi Amro de qui était cette  composition. Elle  répondit

qu'elle était de Gourou Nânak, et qu’ elle l’avait apprise de son père qui était le successeur de Gourou Nânak. Baba Amar Das  lui demanda alors de l'emmener voir Gourou. Après quelques jours il  accompagna Bibi Amro visiter Gourou à Khadur. Quand Baba Amar Das  arriva, Gourou comme il avait l’habitude  de le faire avec ses visiteurs, voulut embrasser Babaji afin de le recevoir respectueusement, mais Babaji  tomba aux pieds du Gourou et  dit, "vous êtes comme Dieu et moi je ne  suis qu’ un ver". Baba Amar Das fut si profondément touché  par le darshan du Gourou qu'il lui fut impossible  de le quitter. Dans son coœur l'amour pour le Maître fut si profondément  intense qu'il voulut le servir de n’importe quelle manière que ce soit.

     Un jour, alors que la viande était prête pour le dîner, Baba Amar Das  commenta, "Si Gourou est le connaisseur des cœurs, il devrait savoir que je suis un Vaishnav strict et ne touche pas à la viande". Se rendant compte de cela, Gourou  demanda au Sikh qui servait le dîner (langar) de servir seulement le dal (curry de lentilles)  et pas de viande  pour lui (Baba Amar Das). Peu de temps après cela, Baba Amar Das se rendit compte qu'un disciple qui avait une pratique différente de celle de son Gourou, allait échouer inévitablement. Il  dit au cuisinier que si Gourou avait la  gentillesse de lui donner les restes de sa viande, il les  prendrait avec plaisir. Pour lui enlever ses préjugés, Gourou lui enseigna, "Voici les viandes dont vous devez vous abstenir: la  richesse d'autrui, la femme de quelqu'un d'autre, la calomnie, l'envie, la convoitise et la fierté".Gourou  récita le Slok Mohalla 1 de la page 1289 concernant ce sujet.

 

LA VILLE DE GOINDWAL:

 

     Un jour un homme appelé Gobind,  vint voir Gourou et lui  dit que s'i l sortait victorieux du procés dans lequel il se trouvait, il fonderait une ville en l'honneur du Gourou. Le proces fut prononcé en sa faveur et il  commenca à fonder la ville sur les bords de la rivière Beas. Il  commenca les travaux mais ce qui avait êté fait pendant le jour, fut  mystérieusement  détruit pendant la nuit. Gobind alla voir Gourou et le  pria de  lui accorder la permission de construire la ville.

     Alors Gourou  envoya Baba Amar Das pour l'aider. Babaji  pria  Dieu pour son assistance. La construction de la ville fut achevée sans délais et Baba Amar Das la nomma Gobindwal , plus tard  elle fut appelée Goindwal. Gobind n'oublia pas de construire un palais pour son bienfaiteur Amar Das. Quand le travail fut terminé Gobind  alla voir Gourou pour lui offrir ses remerciements et lui demander de venir habiter dans la ville récemment fondée.Gourou ne souhaitait pas quitter sa ville, alors il  ordonna à Baba Amar Das d' aller  vivre à Goindwal la nuit et de revenir vers lui le jour. Babaji  obéit au Gourou et il s’installa à Goindwal. Le temps  passa et il  prit avec lui tous ses proches qui vivaient à  Basarka et les  aida à s'y installer.

     Baba Amar Das vivait maintenant à Goindwal et son quotidien était le  suivant: se lever très tôt le matin, prendre une cruche d'eau de la rivière Beas et d’aller à Khadur qui était environ trois milles de distance. Gourou Angad utilisait la cruche d’eau pour se laver. Sur le chemin il récitait le Japji. Il y avait un endroit à mi-chemin qui s’appelait Damdama où il  se reposait un peu. Plus tard, un temple fut élevé à cet endroit. Après avoir assisté au service du matin " Asa di  Var", il apportait de l'eau pour  la cuisine du Gourou, il  nettoyait les plats et   apportait du bois à brûler de la forêt. Pendant la journée il étudiait les Gurbani (Mot) avec Gourou. Le soir il assistait à Sodar et  aux Kirtan. Après avoir aidé Gourou à se préparer pour se reposer, il rentrait  à Goindwal en marchant, faisant preuve d’une vénération suprême envers son Maître.

 

GOUROU ANGAD ET TAPA:

 

     A  Khadur vivait un Sadhu (moine) qui s’appelait Tapa. Il  était vénéré comme un Gourou par les Khahira Jats. Tapa était  jaloux du  Gourou et  il combattait la vénération des partisans duGourou. Il soutenait qu'il devait être vénéré à la place du Gourou car ce dernier etait un homme de  famille et pas un ascète.

     Une année il n'y  eut pas de mousson et il y eut une sécheresse dans la région. Les gens étaient  affligés et ils  allèrent voir Tapa afin qu’il fasse venir  la pluie. Tapa leur  dit qu'il etait moine, cependant personne ne le vénérait et tout le monde préférait adorer l'homme de famille (Gourou). Ainsi il leur dit d'aller voir Gourou et de lui demander qu’il fasse tomber la pluie.  Ils allèrent voir Gourou qui  répondit, "Soyez satisfaits de la Volonté de Dieu". Ils  revinrent à Tapa qui leur  dit  "Si vous expulsez Gourou de la ville, j'apporterai de la pluie dans les vingt-quatre heures". Finalement Gourou quitta la ville et  alla

sept villages plus loin de Khadur où Tapa n'avait aucune influence.

     Quand Baba Amar Das  arriva dans Khadur le lendemain, il  trouva la maison du Gourou vide.Les gens  racontèrent toute l'histoire à Babaji. Ainsi, Tapa n’avait pas réussi  à apporter la pluie comme il l’avait promis. Sur ce fait Baba Amar Das  demanda aux gens si une lampe pouvait  remplacer le soleil. Il  demanda qu'ils punissent Tapa s'ils voulaient que la pluie vienne. Et lorsque Tapa fut puni,  la pluie  tomba à torrent. Après cela  les gens  allèrent voir Gourou  à qui ils  demandèrent  pardon par leurs actes. Quand Gourou Angad  fut informé de  la punition de Tapa, il se sentit

chagriné et  dit à Amar Das, "Vous n'avez pas obtenu les fruits de ma compagnie qui sont la paix, l’indulgence et le  pardon." En entendant cela Babaji  tomba aux pieds du Gourou et humblement demanda son pardon. Il  confessa qu'il  avait punit Tapa parce qu'il ne pouvait  accepter aucune insulte faite au Gourou et  promit d’obéir aux instructions du Gourou dans le futur.

     Une nuit en mars 1552, il  tomba de la pluie toute la nuit, les vents froids  soufflèrent et le ciel  jetta des éclairs. Baba Amar Das  apportait dans une cruche de l'eau de la rivière Beas pour son Maître. Pendant qu'il revenait vers la maison du Gourou, il trébucha contre un morceau de bois qu'un tisserand  avait planté dans la terre, et il  tomba dans le puit.Tout prés de là, il y avait une communauté de tisserands et quand ils  entendirent le bruit sourd de sa chute, une des femmes de tisserands  dit, "Qui cela pourrait bien être à cette heure-ci?  Ce doit être Cet homme sans foyer, Amru, qui ne dort pas, qui n'a aucun repos et qui ne se  fatigue pas. Il apporte toujours de l'eau de la rivière et du bois à brûler de la forêt

     Le Maître fut pris de remords et fut  profondément ému. Il  embrassa Baba Amar Das qui avait soixante-treize ans alors et  lui  dit, "Mon Amar Das, il sera la maison du sans foyer, l'honneur des déshonnorés, la force des faibles, le  soutien des sans défenses, le libérateur du captif."

 

     Après avoir dit cela Gourou Angad  installa Baba Amar Das à sa propre place, il  mit

cinq païse et une noix de coco devant lui, et  demanda à Bhai Bouddha de mettre  le

tilak de safran, la marque de la transmission du Gourou, sur son front. Il fut ainsi déclaré alors comme  Gourou Amar Das:

 

      "Jot uha Jugat  sai seh kaya pher paltiai."

                    (Ramkali ki Var - Rai Balwand, p-966)

     ' La Lumière divine est le même

      Chemin et le Monde sont les mêmes

      Le Maître a changé seulement le corps."

                    (Traduction du précité)

Gourou Angad lui  ordonna de vivre à Goindwal et il   partit pour sa

demeure céleste le 29 mars 1552.

 

     Soumission à l'ordre du Gourou et l’adoration de Dieu, c’était le guide principal dans la sélection du Gran Gourou. Malgré l'opposition de ses fils et de ses proches, Gourou Angad  conféra la transmission comme Gourou à Baba Amar Das qui  était le mieux préparé  et le plus digne pour le trône Divin de Gourou Nânak.