GOUROU AMAR DAS

               (1479-1574, Succession du Gourou : 1552-1574)

 

     Gourou Amar Das naquit le 5 avril 1479 dans le village de Basarka, dans le  district d’Amritsar. Il était le fils aîné de la famille, son pére se nommé Bhai Tej Bhan et  sa mére Mata Lakhmi (Sulakhni). À l'âge de 24, il se maria avec Mansa Devi qui donna  naissance à deux fils, Mohan et Mohri, et deux filles, Bibi Dani et Bibi Bhani. Une partie de la vie de Gourou Amar Das a êté relatée  dans les chapitres précédents.

 

L’ANIMOSITE DE DATU:

 

    Les fils de Gourou Angad étaient très en colére car ils réclamaient tout deux la succésion  légitime de leur pére. D’ailleurs,  Datu l’un des fils de Gourou Angad, se  proclama lui même, comme Gourou dans la ville de Khadur; mais les Sikhs ne l’acceptèrent pas comme tel. De plus, selon l’enseignement de Gourou Amar Das, toutes les personnes,  le riche ou le pauvre, le roi ou le bourgeois,  les Brahmans (haute caste) ou les Sudras (basse caste), et les Hindous ou les Musulmans,  devaient  s'asseoir sur la même ligne, d’égal à égal, pour dîner au Langar du Gourou (la cuisine commune). Cela dérengeait beaucoup  les  Brahmans et ils étaient à la recherche d’  une solution pour changer cette situation. Les Brahmans et les autres chefs des plus hautes castes trouvèrent  dans la rébellion de Datu une opportunité pour s’approprier la succéssion du Gourou . Grâce à leur aide, Datu alla à Goindwal où Gourou était établi.  Gourou Amar Das délivrait son enseignement religieux à la congrégation, quand Datu arriva avec un grand nombre de compagnons, il  donna un violent coup au Gourou qui tomba de l’estrade. Datu  s’instala sur l’éstrade et se proclama lui-même Gourou. Gourou Amar Das se leva et dit avec une grande humilité, "Seigneur, pardonnez-moi,si mes os trop durs ont  blessé vos pieds fins".Puis le  Gourou quitta Goindwal et alla à  Basarka, le village où il était né. Il s’isola dans une maison éloignée du village sans permettre à qui que ce soit  de le déranger.

     Datu occupa la place  du Gourou à Goindwal et  il en était très fier. Les Sikhs, cependant, ne l’acceptèrent pas comme Gourou, et tous les pèlerins quittérent l’endroit quand ils apprirent  l'insulte faite  à leur Gourou. En voyant le mépris des Sikhs envers lui,  Datu chargea ses biens nouvellement acquis sur un chameau et retourna à Khadur. Sur le chemin il rencontra des voleurs qui lui  volèrent le chameau avec la charge. Un des voleurs frappa Datu sur le même pied avec lequel il avait donné un coup au Gourou. Le pied de Datu gonfla, ce qui lui causa une grande douleur.

     Les Sikhs étaient très affligés d'avoir perdu leur Gourou. Ils le cherchèrent partout,  mais ils ne  le trouvèrent point. Sous la direction de bhai Bouddha, ils prièrent et ils décidérent de libérer  la jument1 du Gourou afin de la suivre à une courte distance. La jument  suivit le chemin jusqu'à la maison du Gourou à Basarka, et s'arrêta devant la porte. Il était écrit sur la porte: "Quiconque qui ouvre cette porte n'est pas mon disciple et  je  ne suis pas son Gourou." Ils n' ouvrirent pas la porte, mais firent une ouverture dans le mur et suppliérent Gourou de leur priére.

Gourou ne put pas rejeter l'amour et la dévotion de ses Sikhs et il retourna à Goindwal. Pour fêter le retour du Gourou on  fit une grande célébration  avec beaucoup de feux d'artifice, et un banquet.

 

QUELQUES NOTABLES SIKHS:

 

      Bhai Paro était du village de Dalla à Doaba, une région entre les rivières Beas et Satluj. Il reçut une  instruction religieuse de la part du Gourou. Alayar, un riche marchand de cheveaux musulmans, de Delhi, emmena d'Arabie cinq cents chevaux et arriva à Beas. Il  put  continuer son voyage car les eaux du fleuve étaient montées et les bateliers  refusèrent de risquer la traversée. Le lendemain, Alayar  vit bhai Paro plonger son cheval dans la rivière pleine d’écume et rejoindre ensemble l'autre côté. Alayar rencontra Paro à son  retour, et le félicita d’avoir eu l’audace de traverser la rivière. Bhai Paro lui  dit qu'il  traversait la  rivière grâce aux bénédictions du Gourou. Et il lui  parla de la gloire du Gourou. A ces mots, Alayar fut impatient de rencontrer Gourou. Le lendemain   tous les deux  allèrent le voir.

     Alayar (Ala veut dire "Dieu", et yar veut dire l'ami) était ravi de voir Gourou. Quand  Gourou entendit le nom du visiteur il lui dit: "Il est difficile être l'ami (yar) de Dieu (Ala), mais je ferai de Dieu votre Maître et de vous son élève". Alayar reçut la bénédiction du Gourou et il  devint son disciple. Alayar reçut la mission de gérer le premièr Manji (diocèse) des 22 Manjis qui furent fondés plus tard par Gourou Amar Das pour diffuser l’enseignement du Nom. Il y a de nombreuses histoires de Sikhs qui reçurent les bénédictions du Gourou.

    

 

 

 BAWLI À GOINDWAL:

 

     Gourou Amar Das  acheta un terrain à Goindwal et dessina la fondation d'un bawli (un puit avec des marches descendantes) en 1559. Tous les Sikhs travaillèrent ensemble pour creuser le bawli. Il y eut une grande activité pendant la construction du Bawli.

     Hari Das, un Khatri de la tribu Sodhi, vivait avec sa femme, Daya, Kaur, à Chuna Mandi, un faubourg de Lahore. Tous le deux étaient très religieux. Après douze années de  mariage, un fils leur naquit le 24 septembre 1534. Ils l’appelèrent Ram Das, mieux  connu sous le nom de Jetha,  qui veut dire "l'aîné". Il était très beau, car il avait la peau blanche et un caractére agréable. Alors qu’il n’ était encore qu’un jeune garçon, il aimait la compagnie des hommes saints. Un jour, sa mère fit bouillir des légumes, qu’ elle mit dans un panier et elle les donna à Ram Das pour les vendre et en retirer quelques profits pour la famille. Jetha marcha vers le fleuve Ravi. Bientôt il  vit un groupe d’ hommes religieux, et Jetha leur donna les légumes et s’en retourna à la maison. Les hommes furent très heureux de  prendre ce repas et prièrent pour le garçon.

     Un autre jour Jetha vit un groupe de Sikhs qui chantaient des hymnes et marchaient joyeusement. Il leur demanda où ils allaient, et l’un d'eux dit: "Nous allons à Goindwal où Gourou Amar Das a sa cour. Chaque bénédiction dans ce monde et le prochain est obtenue par sa grâce. Venez avec nous." En entendant cela Jetha fut enchanté et il se joignit à leur pèlerinage.

     En voyant Gourou, le cœur de Jetha se remplit d'amour et de dévotion. Quand il salua le

Gourou, il fut attiré par son agréable caractère. Gourou fit la remarque suivant: "Si vous êtes venu ici après avoir abandonné tous les désirs du monde, vous obtiendrez la vraie souveraineté. Travaillez et rendez service". Jetha accepta avec joie la proposition du Gourou. Il travaillait au Langar (la cuisine gratuite, commune), il lavait les plats, il lavait  les cheveux des son Maître et apportait du bois de la forêt. Pendant, son temps libre il travaillait à l'excavation du Bawli.

     La fille aînée du Gourou, bibi Dani, appelée aussi Sulakhni, se maria avec Rama. L'autre fille, bibi Bhani était très religieuse depuis son enfance. Quand elle eut l'âge de se marier, sa mère rappela au Gourou qu'il était  temps de chercher un homme pour elle. Gourou ordonna la recherche. Alors que la personne chargée de cette recherche était prête a partir, la mère de bibi Bhani  vit une jeune personne qui était debout au-dehors et lui dit, "Cherchez un garçon comme lui." Gourou entendit ces commentaire et dit: "Il est son propre jumeau, car Dieu n'a  fait aucun autre homme qui lui resemble." Ainsi donc, le jeune homme choisi fut Jethaji (Ram Das).

     Au moment du mariage, Gourou demanda au fiancé de choisir lui-même un cadeau; c’ était la coutume. Jethaji répondit, "Monsieur, bénissez-moi avec le cadeau de Hari Nam." Bibi Bhani  ne considérait pas seulement Gourou comme  son père mais aussi  comme son Gourou. De la même manière, elle désirait servir Jetha, pas seulement comme son mari, mais aussi comme un saint. Prithi Chand  fut leur premier fils et trois années plus tard Mahadev, leur deuxième fils naquit. Le 15 avril 1563 Jetha et bibi Bhani furent bénis par la naissance de leur troisième fils, Arjan, pendant sa naissance il y eut un événement inhabituel.

     Au même moment les Sikhs continuaient l'excavation du Bawli. Après avoir creusé très profondément, ils trouvèrent des si grands cailloux qui les empéchérent d’avancer. Gourou demanda aux Sikhs s'il y avait quelqu'un qui serait assez courageux pour mettre une cale sous le rocher afin de résorber l’obstruction. Cependant, il prévint, que l'opération était dangeureuses car si la personne ne pouvait pas se retirer  avant le débordement de l'eau, il pourrait être  noyé. Tous les Sikhs restèrent en silence et personne n’avança pour prendre un tel risque. Enfin Manak Chand de Vairowal qui s'était marié avec une nièce du Gourou, offrit ses services.

     En invoquant le nom de Dieu et la grâce du Gourou, Manak Chand, put mettre la cale entre le caillou et la source d'eau, alors, immédiatement le Bawli déborda. Il fut emporté par l'eau, mais par la grâce du Gourou, il réapparut à la surface,et il fut sauvé. A partir de ce moment là, on l'appela  Marjiwra' (le ressuscité).

     Quand le Bawli fut fini, il put fournir beaucoup d'eau douce potable. Les Sikhs firent une célébration à la fin du chantier. Le Bawli avait quatre-vingt-quatre marches. On dit que celui qui récite avec attention et révérence le Japji à chaque marche, peut être sauvé du cycle de la transmigration.

 

LE LANGAR DU GOUROU  (LA CUISINE GRATUITE,COMMUNE):

 

     Le concept de la cuisine gratuite fut créé par Gourou Nânak, développé par Gourou  Angad, renforcé et affiné par Gourou Amar Das. Il donna l'ordre que personne ne pourrait avoir une audience avec lui sans avoir mangé préalablement dans le Langar. Gourou avait comme intention d'éliminer les diffénces de castes et  les préjugés concernant les intouchables. Par conséquent, il déclara que toutes les personnes, de toutes castes,  les riches ou les pauvres, les rois ou les bourgeois,  les Brahmans ou les Sudras, les Hindous ou les Musulmans, devraient s’asseoir sur la même ligne d’égal à égal  pour dîner au Langar du Gourou (La cuisine gratuite). Quand le Raja de Haripur ou Akbar, l'empereur moghol de l'Inde, vint voir Gourou, ils durent s'asseoir avec les gens communs et dîner avec eux avant qu'ils puissent avoir une audience avec Gourou. De cette manière les personnes dépassèrent l'hypocrisie du système de castes et furent capables de se voir les un et les autres comme des frères et des égaux.

     Mai Das était un pandit renommé et un adorateur du Dieu Krishna. Il était un strict Vaishnav, il ne mangeait que ce qu'il  préparait avec ses propres mains, à l’intérieur d’un carré purifié2. Gourou refusait  ce principe:

 

     "Tout les dessin de carrés purifiés sont faux; Oh! Nânak,

      Seulement Dieu est pur."

 

                         (Maru Ki Var, Slok Mohalla 3, p-1090 Gourou Granth Sahib)

 

Quand il  vint voir Gourou, il fut informé qu´à moins qu'il eût mangé au Langar du Gourou, il ne pourrait pas le voir. En  étant un strict Vaishnav il ne pouvait pas faire cela, alors il partit pour Dwarka où il espérait avoir une vision du Seigneur Krishna. Le onzième jour du mois lunaire,  Mai Das avait l’habitude de jeûner, pendant cette période il  mangeait seulement des fruits. À cause de l'hiver il n'y avait pas de fruits dans la forêt. Mai Das  erra affamé dans la forêt,  sans rien trouver à manger. Finalement il  commença à prier ses Dieux. Peu après, il entendit une voix: "Vous n’avez pas mangé   la nourriture de la cuisine du Gourou, et vous n’avez  pas eu une audience sacrée avec lui; alors vous n'obtiendrez pas la perfection. Si vous désirez l’obtenir, alors  visitez d’abord Gourou Amar Das."

     Après cet épisode, Mai Das retourna à Goindwal. Il prit de la nourriture de la cuisine du Gourou, et alors il lui fut permis de voir Gourou.Il l'accueillit ainsi, "Viens, Mai Das, Tu est un saint de Dieu très spécial."

Gourou l’initia comme son disciple, le bénit avec Nam et lui donna  le pouvoir spirituel de conférer le salut aux autres. Mai Das dirigea un des 22 Manjis (diocèses) fondés par Gourou Amar Das.

 

L'EMPEREUR AKBAR REND VISITE AU GOUROU:

 

     Sur le chemin qui le menait à Lahore, l'Empereur d'Inde,Akbar fit une visite au Gourou à Goindwal. Cependant, Il fut informé qu'il ne pourrait  voir Gourou avant d’avoir dîné avec les autres dans le Langar du Gourou. Akbar prit la nourriture du Langar, plus  il en mangeait et plus il la dégustait. Ensuite l'Empereur eût une interview avec le Maître. On  dit que Gourou se leva pour recevoir  l'Empereur à bras ouverts, mais Akbar se mit à genoux  pour toucher les pieds du Maître. Le monarque sentit une grande joie et de la paix  par le seul fait d’avoir  pu toucher Gourou.

 

     Ayant vu le grand nombre de personnes nourries au Langar du Gourou, Akbar lui demanda  d'accepter ses services et ses offrandes. Mais Gourou répondit: "j'ai obtenu des terres et des possessions libres d'impôts grâce à mon Créateur. Quoique l’on obtienne quotidiennement ceci est dépensé quotidiennement et pour ce qui est de demain, je fais  confiance à Dieu." Akbar répondit alors: "je vois que vous ne désirez rien. De vos biens et de votre cuisine, une grande quantité de gens reçoivent des générosités, et j'ai  moi aussi le même désir. Je  donne ces 84 villages à votre fille  bibi Bhani." Ce fut la propriété sur laquel Gourou Ram Das construisit la ville de Ramdaspur qui est  appelée  Amritsar maintenant.

 

UNE PLAINTE CONTRE GOUROU FAITE A AKBAR:

 

     Comme les Brahmanes et les Khatris avaient échoué dans leur plan de sabotage de la succession du Gourou, en incitant Datu à se déclarer lui-même Gourou, ils déposérent une plainte spéciale auprés de  l'Empereur Akbar. Dans leur plainte ils écrirent que: "Pour chaque homme sa religion lui est chére. Gourou Amar Das  de Goindwal  abandonna les coutumes religieuses et sociales des Hindous, et abolit la distinction des quatre castes.  Ses dévots sont  de toutes les castes et il les fait s’assoir et manger ensemble dans le Langar, indépendament de la caste ou de la religion. Il n'offre pas d'eau aux ancêtres. Il ne  permet aucun pèlerinage, aucune adoration des idoles,

des dieux ou des déesses.Gourou ne fait pas preuve de respect envers les Yogis, ni les Jatis, ni même les Brahmans. Par conséquent, nous espérons que vous le contiendrez, car ce sera  plus difficile plus tard.

     Akbar envoya un haut officier à Goindwal pour demander au Gourou de se présenter à sa cour. La convocation n'était pas un ordre brutal., "Pour cela ne vous tourmentez pas mais veuillez avoir l’obligeance de me faire signe". Gourou envoya Jetha en lui disant: "Vous êtes à  mon image, et Gourou Nânak sera avec vous. Personne ne prédominera contre votre personne. Ne craignez aucun homme et donnez la réponse la  plus convenable."

     Jetha donna des réponses appropriées à toutes les questions et  l'Empereur fut satisfait et   donna sa décision, "je ne vois aucune hostilité contre l'hindouisme dans cet homme. Je ne trouve  aucune faute dans ses compositions." Les Brahmanes  quittèrent la cour, vaincus.

Macauliffe  cite l'œuvre "Suraj Parkash", "Voyant cela l'Empereur prit Jetha à part, et lui dit de demander au Gourou Amar Das, qui, avant sa conversion au Sikhisme,  faisait des pèlerinages annuels au Gange,  de faire un pèlerinage dans le but de calmer la colère des Hindous. L'Empereur ajouta: Je donnerai  l’ ordre  qu’ aucun impôt ne soit  prelevé sur le domaine du Gourou. 

 

Pour satisfaire à la demande de l'Empereur, et pour avoir l'occasion de prêcher sa religion, Gourou partit à Hardwar."

Le pèlerinage du Gourou à Hardwar àfin de calmer la colère des Hindous,  paraît sans fondement car il est contre la doctrine du Gourou qui dit:

 

     "Tirath nawan jao, tirath nam hai,

       Tirath sabad bichar untar gian hai."

                              (Dhanasri Mohalla 1, p-687)

Qu'est-ce qu'un pèlerinage? Nam est  le pèlerinage,

      Le pèlerinage est la contemplation du Mot et la réalisation de la connaissance de l'intérieur"

                              (Traduction du précité)

     "Si l'esprit est coupable, tout est coupable,

      En lavant le corps, l'esprit ne deviendra pas pur."

                              (Wadhans Mohalla 3, p-558)

Il n'existe aucune raison d'affirmer que Gourou Amar Das soit allé à Hardwar pour un pèlerinage à fin de plaire aux Hindous. Mais  il alla à Hardwar et Kurukshetra pour prêcher sa doctrine à des milliers d'âmes affligées.

 

L'ABOLITION DE LA PRATIQUE DU SATI:

 

     Le statut des femmes dans la société hindoue en ce temps-là était très bas. Quand le mari mourrait, la femme volontairement s’immolait  sur le bûcher funéraire de son mari ou était jetée dans le feu sans son consentement. Autrement dit, la femme qui faisait cet acte était appelé: Sati (épouse fidèle). Gourou Amar Das fit une vigoureuse campagne contre cela. Il  donna une attention spéciale à l'amélioration de la situation des femmes et  interdit cette pratique. G.B. Scott  proclama le  Gourou comme le premier réformateur qui condamna la  pratique hindou du Sati.

Gourou plaida ce qui suit:

 

     "Satis ne sont pas celles qui sont brûlées avec ses maris,

      Ô Nânak, les vraies Satis sont celles qui peuvent vaincre l'angoisse de la séparation finale.

      Elles sont considérées Satis qui vivent contentes,  s'embellissent par sa bonne conduite;

      Et adorent aux Seigneur et vont vers Lui."

 

                         (Var ki Suhi - Slok Mohalla 3, p-787)

 

Gourou établit le statu des femmes comme égal à celui des hommes. Il interdisit la pratique du Sati et prêcha en faveur du ressmariage de la veuve.

 

 

L'ÉTABLISSEMENT DU SYSTÈME MANJI:

 

     Le nombre d'adeptes du Gourou augmenta d'une manière considérable. Et des décisions furent prises  pour que les fidèles soient réunis et unifiés selon une organisation particuliére appelée le système Manji. Ce domaine spirituel fut constitué de 22 Manjis (diocèses). Il fut nommé ainsi car le responsable de chaque Manji s'asseyait sur une petite banquette (qui est  appelée Manji  Penjabi) pour  prêcher le message du Gourou. Le chargé de chaque Manji était un Sikh dévot,  béni par Gourou avant d'être nommé à cette place. Son rôle était de prêcher le message du Gourou, de maintenir le lien entre la Sangat (l'assemblée) et Gourou et il était aussi le responsable  de la gestion des offrandes des Sikhs faites au Gourou en signe de révérence. Les vingt-deux Manjis étaient:

 

          1. Alayar: Alayar appelé aussi Allah  Shah était un commerçant Pathan  dont l'histoire a ête mentionnée précédemment. Il  devint un des Sikhs du Gourou  et il lui fut confié le premier Manji afin de répandre la foi Sikh.

          2. Sachan Sach: C’était un Brahmane du village  de Mandar du district  de Lahore. Il   utilisa toujours  le mot "Sachan Sach" , à cause de cela on l’appela Sachan Sach. Une des reines  du Raja de Haripur  devint folle, mais par la grâce du Gourou, elle  retrouva sa santé mentale.Gourou la maria à  Sachan Sach. Le couple prêcha le Sikhisme.

          3. Sadharan: Il était habitant de Goindwal et il reçut un Manji pour sa dévotion au Gourou.

          4. Sawan Mal: Il était un neveu de Gourou Amar Das. Gourou   l'envoya à Haripur dans le district  de Kangra pour se procurer  du bois pour la construction de maisons à Goindwal. Sawan Mal propagea la foi Sikh dans cette région là.

          5. Sukhan: Il était du village Dhamian dans   le district Rawalpindi. Il  prêcha le Sikhisme dans cette région.

          6. Handal: Il était du village Jandiala dans le district d'Amritsar. Il offrit son service dans la cuisine du Gourou.

          7. Kedari:  Bhai Kedari était un habitant de Batala dans le district de Gurdaspur. Il était un dévot  très célébre du Gourou.

          8. Kheda: Il était du village Khemkaran dans le district de Lahore. Il était  dévot de la déesse Durga avant de devenir disciple du Gourou.  

          9. Gangushah: Il venait de Garh Shankar.Gourou l'envoya pour prêcher le Sikhisme dans l'état du Sarmaur.

          10. Darbari:  Bhai Darbari était du village  de Majitha dans le district d’Amritsar.

          11. Paro: Bhai Paro était un Sikh du Gourou Angad. Il était de Dalla. Grâce à sa grande dévotion envers Gourou, il obtint le onzième Manji.

          12. Phera: Bhai Phera était un habitant de Mirpur dans la région  du Jammu. Il était le disciple de Jogis avant d'être un Sikh de Gourou Amar Das. Il prêcha le Sikhisme dans cette région montagneuse.

          13. Bua: Bhai Bua est devenu un Sikh du Gourou et il fut béni avec le Nam, il répandit  le message de la foi sikhe dans sa région.

          14. Beni: C était un Pandit savant de Chunian dans le district de Lahore. Il était fiére de sa connaissance des Shastras hindous et il était imbattable lors des débats concernant cette connaissance. Quand il arriva à Goindwal, il tomba aux pieds du Gourou et il devint un  Sikh.Gourou lui confia le quatorzième Manji.

          15. Mahesa: C’était un habitant de Sultanpur et il fit son travail de missionnaire dans cette région-là.

          16. Mai Das: L'histoire de Mai Das a été racontée dans  les pages précédentes. Il prêcha le Sikhisme dans la région  de Majha.

          17. Manak Chand:  son histoire a êté relatée précédement. Alors qu’ il se  noyait, il fut  ranimé par Gourou, les Sikhs l'ont appelé Marjiwra - le réssucité. Tous ses descendants furent appellés Marjiwre, du village de Vairowal dans le district d’Amritsar. Manak Chand fut élu guide spirituel de Mai Das par  le Gourou.

          18. Murari: Il était un habitant du village de Khai dans le district de Lahore. Son nom premier nom était Prema et c’était un lépreux.

     Il entendit parler de Gourou Amar Das et il fit tout le chemin vers Goindwal en rampant. Par la grâce du Gourou, il fut complètement guéri. Gourou lui donna le nom de Murari. Gourou le maria à Matho, la fille de bhai Sihan. Il fut envoyé  comme prêcheur itinérant du message du Gourou.

          19. Raja Ram: Etait un Brahmane. Il  devint un  Sikh du Gourou.  Sa descendance habite maintenant dans le village de Sandhma dans le district de Jullundhur.

          20. Rang Shah: Il était du village de Malupote  dans le district de Jullundhur. Il propagea le message du Gourou dans la région de Doaba.    

          21. Rang Das: Il était du village de Gharooan (proche de Kharar ) maintenant  dans le district de Rupar.

          22. Lalo: Il était  de Dalla et  était un célèbre  Vaid (docteur). Il devint un disciple du Gourou et prêcha son message.

 

Gourou Amar Das établit une autre organisation qui s'appela le système Piri.Les personnes chargées des Piris étaient des femmes, dont l'objectif était de maintenir allumée la flamme du message du Gourou et de diffuser le concept du Nam parmi les femmes. Bibi Bhani, Bibi Dani et Bibi Pal étaient les responsables de Piri les plus vénérées. Gourou Amar Das  donna l'autorité et le pouvoir à 146 de ses disciples d’ aller dans diverses parties du pays afin d’y diffuser la gloire du Nam. Parmi les 146 personnes, 94 étaient des  hommes et 52 étaient des femmes. Ils étaient tous imprégnés du Nam et  remplis de l'Esprit Divin.

 

LA COMPOSITION D'ANAND SAHIB:

 

     Un jour un Jogi Sidh vint rendre visite au Gourou. Il  lui raconta qu'il avait exécuté toutes formes de pénitence mais qu'il n'avait pas obtenu la paix de l'esprit. Il confia son désir d'abandonner son  corps pour renaître dans la famille du Gourou afin d’adorer Dieu et de chanter ses louanges. Son souhait fut accordé.Gourou avait deux fils, Mohan et Mohri. Le fils aîné de Mohri était Arth Mal et on dit que ce Sidh Jogi naquit une nouvelle fois et devint le deuxième fils de Mohri. Quand Gourou entendit parler de la renaissance du Jogi, il envoya bhai Ballu pour qu’il lui emmène l'enfant. En voyant l'enfant, Gourou prononça  l'Anand (Ramkali Mohalla 3, Anand) c'est à dire "la Chanson de la Joie", et il appela l'enfant: Anand. Cette composition (Anand Sahib) est récitée à l’occasion des mariages et des célébrations.

 

LA SELECTION DU SUCCESSEUR DU GOUROU:

 

     Il faut se rappeler que la fille aînée du Gourou, Bibi Dani, s'était mariée avec Rama qui était un Sikh très dévoué. Il avait l’habitude de servir dans la cuisine du Gourou et de répondre aux besoins des pèlerins. Jetha était son plus jeune gendre. Un jour Gourou demanda à Rama et Jetha, "chacun de vous devra construire une plate-forme à côté du Bawli. Le matin je m’associerai sur l'une et le soir sur l'autre." Quand les plates-formes furent terminées, Gourou  les inspecta. Rama montra son travail, et il pensait qu'il l'avait bien fait. Gourou dit à Rama, "Votre plate-forme n'est pas régulière, il faut la démolir et la refaire  une nouvelle fois." Rama n'était pas d'accord mais il en fit une autre. Mais, Gourou n'était toujours pas satisfait. Rama après une longue discussion, fit tomber par terre la plate-forme mais il refusa de la refaire une troisième fois.

    Gourou inspecta la plate-forme de Jetha et dit, "Jetha, ça ne me plait pas. Démolis-la et fais en une autre." Jetha en fit une seconde, mais elle ne convenait pas au Gourou. Il la démolit et la reconstruisit.  Mais Gourou continua à la trouver imparfaite. La septième fois, Jetha tomba aux pieds du Gourou, et il dit: "je suis un idiot et il me manque l'intelligence, c’est  vous  qui possédez  toute la connaissance. S'il vous plaît bénissez-moi   afin que je puisse être capable d'élever la plate-forme à votre goût."

     En entendant cela Gourou sourit, embrassa Jetha et dit: "Afin d’obéir à mes ordres, vous avez construit la plate-forme sept fois, ainsi les sept générations qui vous succéderont, prendront la place de Gourou Nânak."

     Bibi Bhani, la plus jeune fille du Gourou, avait l’habitude de servir son père. Elle l'éventait, allait  chercher de l'eau et travaillait à la cuisine du Gourou. Un jour Gourou était assis sur son chauki(lit)  dans une profonde méditation, quand Bibi Bhani  remarqua que le pied de celui-ci était cassé. Craignant que sa méditation soit perturbée, elle mit son bras à la place du pied cassé afin de soutenir le lit. Quand Gourou ouvrit les yeux, il vit le sang qui coulait du bras de Bibi Bhani. Gourou lui demanda ce qui c’était passé,  Bibi   lui raconta  pourquoi elle avait placé son bras sous le lit et qu’elle avait été très heureuse de  servir Gourou. Le  Gourou dit:   "Quiconque fait un bon travail, obtiendra une récompense pour cela." Il l'invita à demander une faveur.  Avec humilité elle demanda que la succession du Gourou  reste dans sa famille. On raconte que Gourou dit à Bibi Bhani que la succession du Gourou n'était pas une tache facile et il l’informa des difficultés et des tortures que les prochains Gourous auraient à supporter. Mais Bibi Bhani  répondit qu’elle était prête à accepter tous ces problèmes, et à nouveau elle demanda que la succession puisse rester dans sa famille. Comme se fut le cas auparavant,  Bibi Bhani obtint la succession pour sa famille grâce à la dévotion et  au sacrifice à partir de cette époque-là.

     Gourou Nânak nomma son successeur à Kartarpur mais il lui demanda d'aller vivre à Khadur. Gourou Angad demanda à son successeur, Gourou Amar Das de vivre à Goindwal. Gourou Amar Das demanda  à Jetha de chercher un nouveau lieu de résidence pour les Sikhs. Jetha trouva un terrain dégagé à 25 milles de Goindwal, et il y construisit  une maison pour lui et  un réservoir d'eau  appelé Santokhsar.Gourou demanda à Jetha de creuser un autre réservoir  lequel serait appelé Amritsar (le réservoir de nectar).

    

LA SUCCESSION DE GOUROU RAM DAS:

 

     Gourou Amar Das ayant testé Jethaji de différentes manières, il le trouva parfait et demanda une réunion spéciale. Puis il demanda à Bhai Ballu d'apporter  une noix de coco et cinq païses. Il demanda à Jethaji de se baigner et de s'habiller avec de nouveaux vêtements. Alors Gourou  descendit de son trône, y fit asseoir Jethaji et lui donna le nom de Gourou Ram Das. Bhai Bouddha, selon la coutume, attacha le tilak de la Souveraineté au Gourou sur le front de Ram Das. Dans une atmosphère de  grande joie, tous les Sikhs firent des offrandes, chacun selon ses  moyens et saluèrent Gourou Ram Das. Cette cérémonie eut lieu le 30 août 1574 à Goindwal.

 

LE DÉPART DE GOUROU AMAR DAS:

 

     Gourou Amar Das proclama : "L'appel de Dieu est arrivé. Quand je serai parti ne vous lamentez pas, mais chantez les hymnes de Dieu, lisez les paroles du Gourou (les Gurbani), entendez la voie de Dieu et obéissez  à sa volonté." Le premier septembre, 1574, Gourou Amar Das  partit pour sa demeure céleste et l'esprit se mêla à l'Esprit du Maître.

 

 

 

 

 



1Gourou avait une jument.

2 Un Brahman dessine un petit carré,  lave les taches avec de l’eau et l’appelle carré purifié. Alors, il prépare ses repas à l’intérieur de celui-ci. Si quelqu’un pénètre dans ce carré, il le pollue et le repas qui y avait été préparé est considéré impur.