GOUROU  TEGH  BAHADUR

(1621-1675 ;  Succession du Gourou : 1664-1675)

 

     ' Baba Bakale', était le seul indice donné par Gourou Har Krishen pour trouver son successeur. Quand ces mots  atteignirent le village de Bakala, vingt-deux membres du clan Sodhi1, y compris BaBa Dhir Mal, le petit-fils de Gourou Har Gobind, s’installèrent et se déclarèrent  chacun comme le neuvième Gourou. Les sikhs étaient remplis de confusion,  maintenant  ils étaient dans l’impossibilité de  savoir qui était le vrai Gourou. Makhan Shah Labana du district de Jehlem était un commerçant. Alors que son vaisseau plein de marchandises était en train de couler, il  invoqua Gourou Nânak et il fit le vœux d’offrir cinq cents mohars d'or (pièces) si le vaisseau atteignait le rivage. Makhan Shah  vint au village de Bakala pour payer ce qu’il avait promis au Gourou. Il  fut surpris de trouver vingt-deux sodhis tous se proclamant  comme étant Gourou. Dans cet état de confusion et d'incertitude, il décida  de tester les prétendants. Il décida donc de mettre deux mohars devant chaque imposteur, sachant que le vrai Gourou demanderait la somme manquante de ce qui avait été promis. Il rendit visite aux 22 imposteurs et  offrit à chacun, deux mohars d’or, mais aucun d'entre eux ne réclama quoi que ce soit.

 

       Puis Makhan Shah se renseigna s'il y avait quelqu’un d’autre à Bakala. Quelqu’un lui parla de Gourou Tegh Bahadur. Makhan Shah  alla le voir et comme d’habitude il déposa deux mohars d'or devant Gourou. Sur ce, Tegh Bahadur  demanda," Pourquoi, Ô sikh, essaies-tu maintenant d’amadouer Gourou en lui donnant seulement deux mohars d'or? Où est le restant des cinq cents mohars d'or que vous aviez  promis quand votre vaisseau coulait?"  Mukhan Shah fut enchanté et se prosterna devant Gourou. Il monta alors sur le toit de la maison et  cria, " Gourou Ladho!  Gourou Ladho!" ce qui signifie :  J'ai trouvé Gourou! J'ai trouvé Gourou! '

 

          Gourou Tegh Bahadur était le cinquième et le plus jeune fils de Gourou Har Gobind. Il naquit le premier avril 1621 de Mata Nânaki, à Amritsar. Il se maria avec Mata Gujri, la fille de Lal Chand de Kartarpur dans le district de Jullundhur. Après la mort de Gourou Har Gobind, Gourou, sa mère Mata Nânaki et sa femme,  allèrent vivre à Bakala.

 

      La découverte par Makhan Shah de l’authentique Gourou  mit fin aux prétentions des faux Gourous. Dhir Mal ne pouvait endurer cette situation et  il était déterminé à prendre par la force la place du Gourou. Un jour, il fit part de ses sentiments à son masand, Sihan, qui lui  promit de mettre fin à son ennemi – Gourou-. Alors, le masand, accompagné d’un groupe de personnes,  partit tuer Gourou. Sihan  tira et la balle  frappa l'épaule du Gourou sans le blesser grièvement. Gourou Tegh Bahadur  resta calme et serein. Le reste des hommes  pillèrent les biens du Gourou et  partirent loin. Quand Makhan Shah  entendit parler de cet incident, il  alla à la résidence de Dhir Mal accompagné d’un groupe de sikhs. Dhir Mal avait bien fermé ses portes mais ils entrèrent par la force et Dhir Mal et ses complices furent finalement capturés, les mains attachées dans le dos, on les  amena devant Gourou. Ils  rapportèrent aussi tous les biens du Gourou et prirent quelques biens appartenant à Dhir Mal. Ils rapportèrent aussi la copie originale de l'Adi Granth, laquelle était en possession de Dhir Mal et la donnèrent au Gourou. Le masand Sihan tomba aux pieds du Gourou, en lui  demandant le pardon pour ses péchés. Gourou  pardonna le masand et  ordonna à  Makhan Shah de rendre tous les biens de Dhir Mal y compris l'Adi granth. Il expliqua à Makhan Shah et à ses autres sikhs que Gourou Nânak leur avait donné la richesse de Nam, laquelle serait suffisante pour tous leurs besoins.

 

 

GOUROU REND VISITE  À AMRITSAR:

 

      Quand Gourou Har Gobind  déplaça ses quartiers généraux à Kiratpur, la plupart de ses disciples le suivirent à cet endroit avec lui et le Temple D'or à Amritsar tomba finalement  aux mains d’imposteurs, comme Harji Minas. En novembre 1664, Gourou Tegh Bahadur alla à Amritsar. Il se baigna dans le bassin sacré mais les Pujaris fermèrent les portes du Har Mandar devant lui. Il fit alors  remarquer,  que ceux qui étaient entrés dans le temple étaient  des hommes avides et corrompus par les offrandes. Quand la nouvelle se propagea, les habitants d'Amritsar allèrent en groupe  rendre visite au Gourou et  déposèrent leurs âmes à ses pieds. Les femmes de la ville tinrent le rôle principal, elles l’accueillirent en entonnant les hymnes du Gourou et l’accompagnèrent tout le long du chemin jusqu’au village de Wadala ou Walla où il  resta dans la modeste demeure d'un disciple. Le Maître  bénit les femmes d'Amritsar et la ville d’Amritsar elle-même. En voyant leur dévotion, il les  bénit avec ces mots, "L’amour de Dieu  et la dévotion demeureront toujours parmi vous."

 

 

LA FONDATION DE LA VILLE D'ANANDPUR:

 

         Quittant Amritsar, Gourou  traversa les régions de Majha et Malwa avant d'atteindre Kiratpur au mois de mai 1665. Il  assista aux obsèques du Raja Dip Singh de Bilaspur, et  exprima son désir de s’installer à côté de Kiratpur et d’y acheter un terrain approprié. La Rani de Bilaspur offrit de  faire don du site de Makhowal. L'offre fut acceptée, un prix symbolique d'environ cinq cent roupies fut payé. La première pierre de la fondation du nouveau quartier du Gourou, Chak Nânaki, fut posée en juin 1665. On l’appela comme cela en l’honneur de la mère du Gourou. Quelque temps après, une belle ville appelée Anandpur  grandit autour de Chak Nânaki

 

 

GOUROU EN TOURNÉE MISSIONNAIRE:

 

          Après avoir fondé ce nouveau village, Gourou n’y resta pas longtemps. Cependant il  confia le travail de la construction à ses partisans les plus dignes de confiance. Il est dit que Gourou  entreprit une tournée missionnaire à l'Est en réponse à l'invitation des sikhs de cette région,  Bhai Bulaki Das et  Bhai Hulas Chand de Dacca et  Bhai Darbara et  Bhai Chain Sukh de Patna. Ces derniers avaient rencontré Gourou à Kiratpur et l’avaient supplié de visiter leur région. Accompagné de sa famille. Gourou Tegh Bahadur quitta Anandpur en août 1665.

 

          Après avoir quitté Anandpur, il  traversa Ghanauli, Rupar, Dadoomajra et le village de Lung,  il  arriva alors à Mulowal dans l’état de Patiala. Les gens de Mulowal se plaignirent auprès de lui, lui expliquant qu’il n’y  avait pas d’eau potable près de chez eux et pour cette raison ils devaient voyager de longues distances pour en obtenir. Il y avait bien un puits  proche mais ses eaux étaient saumâtres et impropres à la consommation. Gourou leur dit de répéter en premier lieu Le Nom de Dieu, puis de tirer de l'eau et ils la trouveraient pure et douce. Depuis ce jour, le puits offrit de l'eau douce et il fut connu comme le puits du Gourou.

 

          Il  continua vers Pharwali, Handiaya, Bhandehar, Khiwa et Bhikki. Il donnait des enseignements religieux partout où il s’arrêtait et  enjoignait  les gens à ne pas adorer les idoles et les tombes, mais à adorer Dieu, l’Unique, l'Informe. Il  traversa les villages de Dhaleo, Alisheir, Khiala et  atteignit Maur où il était attendu par une grande foule à laquelle il  prêcha le vrai Nom. Il  conseilla aux habitants de creuser un puits à cet endroit. Il  alla à Maisarkhana et ensuite à  Sabo Ki Talwandi, connu maintenant comme Damdama Sahib. Puis, il alla à Kot Dharmwala, Bachhoana, Gobindpura, Sangheri, Gurna et  atteignit Dhamdhan dans la région de Bangar. Gourou  offrit au Chaudhri ou seigneur du village, des fonds pour la construction d’un puits et d’une dharmsala pour la réception des voyageurs.

 

         Le  Gourou était accompagné par un sikh, Ramdev, qui était entièrement, consacré à son service. Il tirait de l'eau, rapportait du bois de la forêt pour la cuisine et  exécutait toute sorte de services pour Gourou. Ramdev portait toujours un coussin sur sa tête pour soulever les fardeaux, lequel était continuellement mouillé à cause des cargaisons d’eau, à cause de cela il avait la tête qui suppurée. Un jour, alors qu’il posait sa cruche d’eau par terre, son coussin et son turban  tombèrent et  laissèrent voir des vers sortant d'une plaie qu’il avait sur la tête. Gourou fut informé de cet  événement et l’envoya chercher. Gourou Tegh Bahadur était touché par le grand dévouement de Ramdev, Gourou, lui  donna une robe d’honneur, le nomma Bhai Mihan et lui  promit qu'il serait un Mahant ou le supérieur d’un ordre religieux. Selon l'instruction du Gourou, Randev  prêcha la religion Sikh. Sa génération est appelée aujourd'hui Mihan Shahi ou Mihan Dasiay.

 

         Gourou  continua jusqu’à Tekpur où il  resta pour quelques jours dans la maison d'un charpentier qui le conduisit jusqu’à Kaithal. Il atteignit Barna où  il prêcha contre l’utilisation du tabac.

 

 

GOUROU À KURUKSHETRA:

 

         Gourou atteignit Kurukshetra à l'occasion d’une éclipse solaire. Il fut reçu avec grand honneur et distinction par tous les hommes sacrés présents. Pendant son séjour il  prêcha le vrai Nom. De là, il  alla à Bani Badarpur où il offrit de l’argent pour  l'excavation d'un puits. Puis il  traversa la rivière Jamna et continua son chemin.  Il tua un animal et le pendit à sa selle et finalement il  atteignit Kara Manak où vivait un saint appelé Maluk Das. Ayant entendu que Gourou avait chassé et  tué des animaux, il  refusa de le voir. On raconte que lorsque Maluk Das  posa de la nourriture devant son idole qu’il vénérait le jour suivant, il la trouva transformée en viande. Il comprit que c’était un miracle réalisé par Gourou. Alors il  voulut le voir et se prosterner devant lui, mais il  pensa que le  Gourou enverrait  quelqu’un pour le chercher. Gourou savait ce qui se passait dans l'esprit de Maluk Das, et  envoya ses sikhs  le chercher. Maluk Das  alla vers Gourou, il  reçut  des enseignements religieux et l’initiation. Il  devint un de ses partisans les plus dévoués.

 

 

GOUROU EN UTTER PRADESH :

 

         De Kara Manak il  prit le chemin de Mathura et  atteignit Agra. Il existe aujourd’hui un Gurdwara qui symbolise sa visite. Il traversa Itawa puis il arriva à Kanpur où se trouve un Gurdwara sur les bords du Ganges. Après, il alla à  Priyag –Allahabad. La mère du Gourou lui raconta que son défunt mari, Gourou Har Gobind, avait promis qu'un grand  être naîtrait dans la maison de Gourou Tegh Bahadur et  elle attendait  cet événement. Il  répondit que son désir serait bientôt accompli mais que pour l’instant elle devait méditer continuellement sur Gourou Nânak. Gourou Tegh Bahadur  resta environ six mois à Priyag et à la grande joie de sa mère, sa femme  tomba enceinte. De Priyag il se rendit à Mirzapur où il y a un gurdwara au bord du Ganges. Il  atteignit Banaras ou Kashi et il resta à Resham Katra où un gurdwara marque la mémoire du Gourou. Des centaines des gens vinrent pour le rencontrer.

 

 

GOUROU DANS LA PROVINCE DU BIHAR:

 

      Gourou arriva dans le village de Sasram où vivait un disciple très dévoué, appelé Chacha Phagoo qui avait construit un château et il y avait installé un lit majestueux pour Gourou. Chaque matin il le parfumait et fermait les portes, déclarant qu’il n’y vivrait pas tant que Gourou n’y serait pas venu et entré, sanctifiant ainsi le lieu de sa présence. Le désir de Chacha Phagoo fut accompli puisqu’il eut le plaisir de loger Gourou dans cette demeure.

 

     Il  alla jusqu’à Gaya. Là  des brahmans le rencontrèrent. Ils lui expliquèrent les vertus du pèlerinage à Gaya. Ils lui dirent que si de l’orge était offert aux brahmans de Gaya pour honorer les âmes des ancêtres, ces derniers iraient au ciel même s’ils étaient déjà en enfer. Ainsi, ils firent pression sur Gourou pour qu’il donnât de l'argent afin de pouvoir exécuter une telle cérémonie pour lui. Gourou Teg Bahadur  refusa d’accepter leurs arguments et en revanche les  exhorta à méditer sur Dieu. Il les  instruisit sur l’essence divine et l’enseignement divin.

 

      Gourou  visita Patna et dans un premier temps, il  campa dans un jardin à l'extérieur de la ville. Cet endroit est appelé Gourou ka Bag. Bhai Jaita, un disciple dévoué,  invita Gourou dans sa propre demeure. Le Maître  donna des directives religieuses à la population. Un jour, Gourou  dit à sa mère, Mata Nânaki, qu’il y avait beaucoup de sikhs qui l'attendaient dans une terre lointaine. De ce fait, il devrait aller leur rendre visite. Il voulait que sa famille reste à Patna. Face aux protestations de sa famille, Gourou  dit à sa femme, " La prophétie de mon père est maintenant en train de s’accomplir. Un fils vous naîtra. Il sera grand et puissant, il répandra la foi, établira la suprématie des sikhs, éradiquera tout ce qui est mauvais, abattra  les ennemis de la vérité et de la vraie religion. Vous souffririez trop en m’accompagnant. Soyez heureuse ici."

 

          Il  offrit des paroles de consolation à sa mère et à sa femme. Il les confia à son beau-frère Kirpal Chand, il leur  dit au revoir et  partit vers Munger, Bhagalpur et Rajmahal.

 

 

GOUROU AU  BENGAL :

 

          Il arriva à Maldah où il resta chez un sikh qui était confiseur. De là, il alla à Murshidabad et ensuite à Dacca. Là, vivait un masand dévoué, appelé Bulaki Das dont la mère avait préparé un bon lit pour Gourou. Connaissant son grand dévouement, Gourou  visita sa maison. Elle était transportée de joie et tomba aux pieds du Gourou. Il la bénit pour son dévouement. Une foule d’habitants sikhs arriva  pour contempler Gourou et pour recevoir ses enseignements et ses bénédictions. Il leur demanda de construire un dharamsal (un gurdwara) dans leur ville où les louanges Divines devraient être chantées.

 

          Raja Ram Singh  visita Gourou et lui  dit," Les habitants de Kamrup et de l’Assam se sont rebellés contre la domination de Delhi. Récemment, l'Empereur a envoyé Mir Jumla pour stopper la rébellion mais après un bref succès, il est mort avant d'atteindre Dacca, sur le chemin du retour. Maintenant l'Empereur m'a ordonné d’aller récupérer les terres de Kamrup. Si je conquiers ce territoire, il sera assujetti à la souveraineté de l'Empereur; mais si je meurs, l’Empereur pourra annexer mon état, l’état de Rajputana. Ô vrai Roi ! Je suis venu chercher la protection de vos pieds sacrés."

 

      Gourou répondit," le Nom de Dieu est le médicament pour toutes les maladies. Ainsi, méditez à chaque instant sur le Nom. Gourou Nânak vous aidera et vous conquerrez Kamrup."

 

          Raja Ram Singh et Gourou  quittèrent Dacca et arrivèrent à Dhubri. Gourou installa son campement et Raja Ram Singh se dirigea vers la ville de Rangmati, au bord de la rivière Brahamputra. Ensuite, la bataille entre l’armée du Raja Ram Singh et l'armée du roi de Kamrup commença. La victoire décisive des forces du Raja ne fut pas facile à obtenir à cause du terrain montagneux, du climat  et de la période des pluies.

 

          En plus de l'attaque militaire, le roi de Kamrup commença  aussi à faire des incantations et lancer des envoûtements. Il fit venir toutes les femmes de son royaume qui avaient des pouvoirs magiques, mais aucune ne réussit. Après cela, le roi de Kamrup alla prier au temple de la déesse Kamakhsha. Sa belle-mère avait eu une vision de la déesse qui avait  dit,"  Gourou Nanak est né dans cet âge. Sur son trône est assis aujourd'hui Gourou Tegh Bahadur. Le Raja Ram Singh est devenu son disciple. Gourou est souverain et personne n'a la force de s'opposer à lui. Allez  et rendez-lui hommage, demandez son pardon sinon votre loi périra."

 

          Le roi de Kamrup  voyagea jusqu’au campement de Tegh Bahadur. Après s’être prosterné devant Gourou, il  dit qu'il était venu sur l’ordre de la déesse pour demander son pardon et sa protection. Il implora Gourou de ne pas le laisser tomber entre les mains des Musulmans. Gourou répondit que le Raja Ram Singh était une personne très religieuse et qu’il devait le rencontrer, Gourou  dit au roi de ne pas avoir d’inquiétude car son empire serait éternel.

 

          Gourou appela  Raja Ram Singh. Et tous deux furent reçus par le roi de façon amicale. Gourou s’assis et  prit place entre les deux rois en conflit. Finalement, il   réussit à effectuer une réconciliation. Plantant sa dague dans la terre, il  déclara : " le territoire de ce côté appartiendra à l'Empereur et le territoire de l'autre côté appartiendra au roi de Kamrup et que les deux monarques oublient leur inimitié." Les deux nobles  acceptèrent la convention et ainsi ils  évitèrent que le sang coule des deux côtés.

 

         Gourou  informa  Raja Ram Singh que Gourou Nânak avait visité Dhubri et qu’il l’avait rendu pure et sainte grâce à ses pas sur ce sol. En plus, Gourou demanda  que chaque soldat devait apporter cinq  boucliers pleins de terre pour élever un grand monticule en mémoire du fondateur de la religion sikh. Une construction fut érigée au sommet du monticule. Gourou resta  quelques jours de plus à cet endroit. Ayant entendu parler de la réputation du Gourou, une foule vint le voir, des terres voisines et mêmes lointaines afin de recevoir son enseignement  religieux. Le Raja Ram de la province d’Assam vint lui rendre hommage. Ce raja n'avait aucune descendance et il était désireux d'avoir un fils. Il emmena ses Ranis (reines)  avec lui et après s’être prosterné devant Gourou, il le supplia "Ô vrai roi, conduit vers le rivage ce vaisseau qui coule!" Gourou retira de sa main la bague qui portait sa marque et il imprima la marque de sa bague sur la cuisse du Raja et lui  dit »: Le dessin de ma marque sera sur le front de ton fils. De ce fait, vous saurez que c’est Gourou Nânak qui miséricordieusement vous aura concédé cette descendance."

 

          Pendant son séjour dans l’Assam, il visita aussi Cooch Behar, Chander Bhanga, Kishen Ganj et Purnea.

 

 

LA NAISSANCE D'UN FILS:

 

          Pendant que Gourou était à Dacca, un messager de Patna  arriva pour l'informer de la naissance de son fils. Il naquit à Patna, le septième jour du mois de décembre, Sambat 1723 - le 26 décembre 1666. Avant son départ, Gourou avait demandé à sa femme de nommer l'enfant qui serait né pendant son absence, Gobind Rai. Gourou  écrivit une lettre de remerciements à la Sangat  sikh de Patna de s’être occupée de sa famille pendant qu’il voyageait.

 

           Dans la ville de Kuhram vivait un saint musulman, Bhikan Shah. Le matin de la naissance de Gobind Rai,  Bhikan Shah  fixa son regard et  se prosterna vers l'Est - vers Patna.  Ses disciples lui  demandèrent pourquoi il se tournait vers l’Est, ce qui était contraire à la tradition des musulmans. Bhikan Shah  répondit qu’il venait de naître un roi spirituel  dans l'Est. Un roi qui établirait la vraie religion et détruirait le mal. Bhikan  Shah  partit pour Patna avec ses disciples pour voir le jeune prince. En atteignant Patna, le saint musulman  demanda à recevoir le darshan  du nouveau-né. Quand le petit fut présenté devant lui,  Bhikan Shah s’agenouilla aux pieds du jeune prince. Il  plaça devant lui deux pots de terre recouverts d’une mousseline, un contenait du lait et l'autre de l'eau. L'enfant  toucha les deux pots. Après cela, Bhikan Shah  remercia la famille pour l'occasion qui lui avait été donnée d’apercevoir l'enfant, puis il se prépara à partir. On lui demanda alors que signifiaient les deux pots. Bhikan Shah  expliqua qu’un pot était réservé pour les hindous et l’autre pour les musulmans. Le saint musulman voulait savoir si le bébé favoriserait les hindous ou les musulmans. Le fait que l'enfant ait touché les deux pots, signifiait qu'il respecterait aussi bien les hindous que les musulmans et qu’il  inclurait  les deux dans sa religion.

 

          Puis Gourou  quitta la province de l’Assam, au début de l’an 1670. Il traversa Bangaigaon, Siliguri et Kathiar, et il arriva finalement à Patna. Après avoir donné quelques directives à son beau-frère, Kirpal Chand, Gourou partit pour le Penjab. Il  traversa Jaunpur, Ayudhya, Lucknow, Chah Jahanpur, Muradabad et  atteignit Chack Nânaki - Anandpur. Il envoya rapidement chercher  sa famille, qui le rejoignit plus tard à Anandpur.

 

 

LA CAMPAGNE DE PERSÉCUTION RELIGIEUSE D’AURANGZEB

 

          Alors qu’Aurangzeb était  monté sur le trône de l’Inde en emprisonnant son père et assassinant ses frères, il décida d'encourager les sympathisants des leaders les plus fanatiques de son empire. L'idée était d’exterminer les hindous idolâtres et de convertir l’Inde tout entière à l’Islam. Pour accomplir cet objectif, il essaya de mettre en pratique quatre mesures fondamentales afin de négocier avec les hindous. Premièrement il  proposa des solutions pacifiques; deuxièmement il  offrit de l'argent; troisièmement il menaça avec des punitions et pour finir il  essaya de causer le trouble parmi les hindous. Comme toutes ces mesures furent un échec, il  eut recours à la conversion  forcée. Des ordres furent donnés aux gouverneurs de toutes les provinces, afin qu’ils détruisent les écoles et les temples des infidèles, de façon à mettre fin aux activités pédagogiques aussi bien qu’à l’exercice de la religion des  kafirs ( non-musulman signifiait être hindou).  À Mathura et Banaras beaucoup de temples furent détruits y compris un temple sikh à Buriya, Khizrabad (pargna de Sirhind) fut démoli et une mosquée fut construite à cet endroit. Quelques sikhs attaquèrent la mosquée et tuèrent le prêtre. Ce type d’incidents était devenu des événements quotidiens. Pour forcer la conversion à l’Islam, tous les moyens possibles  furent adoptés. Dans le cadre des impôts, une politique de discrimination fut lancée avec grande vigueur. Les impôts de pèlerinage et Jaziya furent prélevés à nouveau. Les droits de douane furent augmentées de cinq pour cent pour les hindous alors que les musulmans ne payaient seulement que la moitié de cela.

 

           Le prosélytisme et le zèle des fonctionnaires, avec leur campagne de persécution religieuse et leur conversion à la pointe de l'épée, avaient engendré une vague de terreur dans tout le pays. Sher Afghan Khan, le vice-roi de l'Empereur au Cachemire, se mit à convertir les hindous cachemiris par la

force et à massacrer tous ceux qui s’opposaient à embrasser l’Islam. Même les musulmans qui, d’une manière ou d’une autre,  aidaient les hindous, étaient mis à mort impitoyablement. Face à cette extrême violence et à toutes ces tueries, les prêtres Brahmans cachemiris priaient leurs dieux. On raconte que ceux derniers entendirent une voix surnaturelle qui leur  dit »:Gourou Nânak est le roi spirituel de cette époque. Gourou Tegh Bahadur est maintenant assis sur son trône. Allez à lui, il protégera votre honneur et votre religion."

 

 

LES BRAHMANS CACHEMIRIENS VISITENT GOUROU:

 

          Un groupe de pandits  cachemiris –brahmans- vint à Anandpur et à travers leurs larmes d'agonie, ils racontèrent  leurs histoires de malheur et de souffrance au Maître. Le fils du Gourou, âgé de huit ans, apparut  et  demanda à son père pourquoi ces gens avaient des larmes dans leurs yeux. Gourou Tegh Bahadur  répondit :" L'Empereur d'Inde  convertit  les hindous à l’Islam à pointe de l'épée et ainsi il n'y a aucune fin à la détresse de ces gens."

 

"Quel est le remède, père?"  Demanda le fils.

 

        Gourou  répondit," Cela exige un sacrifice  – le sacrifice d'une âme sainte et suprême." Son fils  répondit," Ô cher père, qui est plus sacré que vous aujourd’hui? Allez-y et offrez-vous, et sauvez ainsi ces gens et leur religion." En entendant ces mots, Gourou  demanda aux  Brahmans cachemiris d’aller voir l'Empereur et de lui faire la proposition suivante," Gourou Tegh Bahadur, le neuvième Gourou sikh, est assis maintenant sur le trône du grand Gourou Nânak, qui est le protecteur de la foi et de la religion.  Faites en un musulman et alors tous les gens, même nous, adopteront  la foi de l'Islam."

 

 

GOUROU EST CONVOQUÉ À DELHI:

 

          Les pandits  obéirent au Gourou et transmirent la proposition à l'Empereur. En entendant cette proposition, l'Empereur fut très satisfait car il pensait que ce serait beaucoup plus facile de convertir une seule personne qu’un pays tout entier. Il répliqua »: Si Gourou ne devient pas musulman, il nous fera au moins la démonstration d’un miracle." L’Empereur était plein d'espoir car une fois Gourou converti à l’Islam, il y aurait un grand nombre d’hindous et de sikhs qui se convertiraient. Par conséquent, l’Empereur  envoya son émissaire pour inviter Gourou à Delhi. Gourou Teg Bahadur  reçut le message de l'Empereur et  écrivit en réponse qu’il arriverait à Delhi après la saison des pluies.

 

 

LE MARTYRE DE GOUROU TEGH BAHADUR:

 

      Gourou  dit au revoir à sa famille et à ses sikhs dévoués et  commença son voyage vers Delhi, c’était entre juin et juillet. D'Anandpur il  traversa Kiratpur, Rupar et divers villages avant d’atteindre Saifabad dans l’état de Patiala, pour voir son ami musulman Saif-ul-din. Il  resta chez lui quelque temps. Pendant son séjour, Saif-ul-din devint son disciple. Gourou partit pour Samana où il  rencontra un autre disciple appelé Mohammad Bakhsh. Gourou  reprit son chemin à travers Kaithal, Lakhan Majra, Rohtak et d’autres endroits, dispensant des faveurs temporelles et spirituelles à ses disciples. Finalement il  atteignit Agra où il  campa dans un jardin à l’extérieur de  la ville.

 

      Après la saison des pluies, l'Empereur envoya à nouveau son messager pour presser le  Gourou de le visiter à Delhi. Comme le messager fut incapable de le trouver, il  rapporta que Gourou avait fuit2.               En conséquence, les ordres de le retrouver et l'arrêter furent propagés dans tout l'empire. Il y a différentes versions concernant le lieu de l’arrestation du Gourou. Quelques écrivains disent qu'il fut arrêté à Dhamdhan; d’autres soutiennent que cela se passa à Malikpur, près de Rupar, certains autres disent que l'arrestation fut effectuée à Delhi pendant que d’autres expliquent que l’arrestation se fit à Agra. D'après les sikhs, un pauvre vieil homme, Hasan Ali, vivait à Agra. Il savait qu'il y avait un ordre d'arrestation contre Gourou et que la personne qui effectuerait  son arrestation, recevrait mille roupies comme récompense. Hasan Ali  pria »: Ô vrai Gourou, si jamais vous désirez être arrêté, s'il vous plaît, faites vous arrêter par moi. Cela me rapportera un peu d’argent pour sortir ma famille hors des griffes de cette misérable pauvreté." Gourou, étant le Pêcheur des Cœurs, vint à Agra  afin d’être arrêté par Hasan Ali.

 

      Gourou  vit un petit berger dans le jardin, il lui  donna sa bague d'or recouverte de diamants, il lui  demanda de la mettre en gage et avec l’argent, de lui apporter la valeur de deux roupies en sucreries. Quand le garçon lui  dit qu’il n'avait aucun tissu pour envelopper les sucreries, Gourou lui  donna son châle précieux. Le garçon se fit accompagner de son grand-père, Hasan Ali. Ils  arrivèrent chez le confiseur, le petit lui  donna la bague et lui  demanda d’envelopper des sucreries dans le châle. En voyant la merveilleuse bague et le châle précieux, le confiseur  resta étonné et demanda au garçon de qui il avait reçu ces biens. Le garçon lui  dit la vérité mais le confiseur le soupçonna de mensonge et les emmena à la police. La police  alla au jardin avec le garçon et  demanda au Gourou de donner son identité. Quand il  révéla son identité, l'agent de police, fut fort heureux car il savait qu’il obtiendrait une grande récompense de la part de l'Empereur pour cette capture. Gourou fut donc emprisonné. Le Gouverneur de la forteresse communiqua la nouvelle à l'Empereur. Finalement il fut emmené à Delhi. Trois sikhs accompagnaient Gourou,  Bhai Mati Das, Bhai, Dayala et Bhai Sati Das  -certains  écrivent qu’il y avait cinq sikhs, Mati Das, Gurditta, Uda, Chima et Dayala- qui furent arrêtés avec lui et emmenés à Delhi3.

 

      L'Empereur expliqua au Gourou que Dieu était apparu dans une de ses visions et lui avait dit de convertir le monde entier à l’Islam. Ceux qui accepteraient l’Islam, seraient récompensés avec des richesses, par des nominations importantes, des revenus des impôts des propriétés et des terres. L'Empereur essaya de l’éblouir, "De cette manière, vous auriez beaucoup de disciples, et vous deviendriez un grand prêtre de l'Islam. Acceptez ma religion, l’Islam, et vous recevrez de moi tout ce que votre cœur désire." Gourou  demanda environ 100 livres- de poivre noir. Quand la quantité demandée fut apportée, il la mit en tas et la brûla. Le tas de poivre  brûla pendant vingt-quatre heures et fut réduit en cendres. Le tas fut alors ramassé et tamisé. Trois grains de poivre en sortirent intactes. Gourou dit »: Ô Empereur, vous croyez que de deux religions : l’Hindouisme et l’Islam, il ne devrait y en avoir qu’une seule – l’Islam- Mais comme ces trois grains de poivre ont été sauvés du feu, Dieu souhaite faire trois religions de deux. Il y aura dans le futur trois religions : l’Hindouisme, l’Islam, et le Sikhisme."

 

          Sur ce fait,  l’Empereur  ordonna d’emprisonner Gourou et de le surveiller de très prés. Une fois encore, on fit  venir Gourou et on lui dit que s'il adoptait l’Islam, chaque désir serait exaucé, autrement il serait sévèrement torturé. Il  répondit qu'il n'embrasserait jamais l’Islam, donc il  resta en prison pendant huit jours à Delhi. Trois choix lui furent donnés: premièrement embrasser l’Islam; deuxièmement effectuer un miracle; et troisièmement se préparer  à affronter la mort. Gourou  répondit qu’effectuer un miracle était contre la Volonté de Dieu, pour cette raison, il ne pouvait  consentir aux propositions de l'Empereur et que l'Empereur avait la liberté d’agir comme il le voudrait. Peu de temps après, il fut soumis à des tortures atroces.

 

          Il est dit qu'il y  eut une conversation entre Gourou et son disciple Bhai Mati Das. Gourou Teg Bahadur dit à Mati Das que Gourou  Nânak avait béni l'Empereur Babar en lui assurant la continuité de son empire pendant très longtemps. D’autre part, à partir du moment où les Empereurs Moghols commenceraient à commettre de grandes infamies, leur lignage serait exterminé si Gourou perdait  la vie. A cause de cette conversation qui avait été entendue par un prêtre musulman,  Bhai Mati Das fut attaché entre deux piliers et son corps fut coupé en deux parties. Quand les bourreaux mirent la scie sur sa tête, il  commença à réciter le Japji  -le premier bani dans Gourou Granth Sahib. On raconte que pendant que son corps était mutilé, il continuait à réciter le Japji et qu’il resta silencieux seulement quand la récitation du Japji fut terminée. Cela fut un miracle de la Grâce du Gourou. Bhai Dayala fut ébouillanté jusqu’à la mort dans un chaudron d’eau chaude. Il est dit que le troisième compagnon,  Bhai Sati Das fut brûlé vivant, son corps enveloppé dans des bandes de coton. Les autorités pensaient que les tortures infligées aux sikhs pourraient faire changer d’opinion Gourou. Mais rien ne peut et rien ne pourra détruire la Lumière Divine (Gourou).

 

          On racontait dans la communauté sikh, que Gourou et son fils, Gobind Rai, avaient réussi à communiquer pendant que Gourou était en prison à Delhi, cela avant son exécution. L'histoire raconte que Gourou Tegh Bahadur  prévoyant son exécution,  voulut tester la capacité spirituelle de son fils de neuf ans et ainsi il  écrivit le slok suivant ou strophe et l’envoya grâce à un messager à Anandpur:

 

Tout le pouvoir  echoua,

l’humanité dans les chaînes

en vain tout recours.

Nânak  dit, " Dieu est maintenant

seulement un refuge;

Il devrait secourir

comme il le fit avec l’éléphant."

                                                                                                                                                      (Slok Mohalla 9 (53), p.1429  Gourou Granth Sahib)

 

          On supposa que le fils du Gourou  écrivit en réponse:

 

"Avec le pouvoir, les chaînes brisent,

tout se trouve dans la Grâce Divine;

Nânak, tout est dans votre pouvoir,

c’est vous la seule personne

qui peut aider."

                                                                                                                                                                                                (Slok Mohalla 9 (54), p.1429)

 

          On raconte que lorsqu’il  reçut cette réponse, Gourou fut convaincu que son fils, Gobind Rai était capable de prendre la succession du Gourou.

 

           Examinons les mérites de cette l’histoire, laquelle continue à avoir encore de nos jours un fort impact dans la communauté sikh:

 

          Premièrement il y a 57 sloks ou strophes dans les pages 1426-29 du Gourou Granth Sahib, lesquelles commencent sous le titre de ' SloK mohalla 9 '. Cela veut dire que tout ces sloks  furent composés par le neuvième Gourou.

 

          Deuxièmement,  est-ce concevable de dire que Gourou voulut tester la capacité spirituelle de son fils? Étant un Gourou Divin et étant assis sur le trône de Gourou Nânak, ne savait-il pas lui-même ce dont son propre fils était capable? Etait-il nécessaire de le tester ?

 

          Troisièmement s'il est dit que Gourou était inquiet à cause du jeune âge de son fils pour prendre sa succession, qu’est-ce que l’on pourrait dire du huitième Gourou? Le huitième Gourou n’avait que cinq ans quand il fut installé sur le trône de Gourou Nânak. Cet argument est-il donc valable?

 

          Quatrièmement, il a déjà expliqué, que dans le cas de la succession du Gourou, l'âge, l’expérience et l’intelligence de la personne importent peu. Une fois que la personne a été investie du Pouvoir Divin,  l'âge, l’expérience et l’intelligence de la personne en question n’ont aucune conséquence sur sa capacité à être Gourou.

 

          Face aux explications précitées, il paraît évident que les 57 sloks appartiennent tous au neuvième Gourou et aucun au dixième Gourou.

 

          Le dernier message transmis au Gourou, fut :" Vous devez accepter la religion de l'Islam ou faire un miracle. Si vous réalisez un miracle, vous pourrez garder votre statut de Gourou. Si vous acceptez l’Islam, alors vous serez élevé à une place d’honneur. Si vous refusez ces offres, vous serez mis à mort. C'est la dernière proposition.”

 

         Gourou  répondit :" Je n'abandonnerai jamais ma foi. Je ne désire aucun honneur dans cette vie; je désire être honoré dans l’au-delà. La menace de mort ne m’inspire pas la terreur. Je suis préparé pour affronter la mort et je l'accepte joyeusement."

 

          Suite à cette réponse définitive, il fut décidé que Gourou devrait être exécuté. Saiyid Adam Shah accompagné d’un groupe de courtisans et de prêtres musulmans vinrent spécialement pour l’exécution. Beaucoup de gens se réunirent pour être témoins de l'exécution. On fit sortir Gourou  de sa cellule et on lui  permit d’exécuter ses actes de purification. Il s’assit sous un banyan où il  récita le Japji. Le bourreau, Jalal-ud-din de Samana, certains disent qu’il se nommait Adam Shah,  prit son épée et en quelques  secondes, la tête du Gourou fut coupée. Cela se passa l'après-midi du jeudi, le cinquième jour du mois de maghar ou novembre, Sambat 1732  -le 11 novembre 1675- à Chandni Chowk, Delhi où se trouve actuellement le gurdwara  Sis Ganj en sa mémoire. Ce gurdwara fut construit en 1790 par  Sardar Baghel Singh Karor-Singheiye.

 

          L'histoire relate qu’immédiatement après cette exécution brutale, une terrible tempête se déchaîna et remplit de poussière les yeux des témoins. Bhai Jaita  sauta hors de la foule et s’empara de la tête sacrée du Gourou et l’apporta à Anandpur4. Il  atteignit Kiratpur le 15 novembre 1675. De là, la tête du Gourou fut apportée avec beaucoup d’honneur à Anandpur  le 16 novembre, 1675, elle fut incinérée lors d’une grande cérémonie. Il y a un gurdwara appelé Sis Ganj à Anandpur à l’endroit où la tête du Gourou fut incinérée. Le dixième Gourou  reçut  Bhai Jaita qui appartenait à une classe moins élevée, l’embrassa et lui dit :" Rangrettei Gourou ke bettei" (Le mot rangrettei signifie ‘les fils du Gourou’, et rangrettei était la caste à laquelle appartenait  Bhai Jaita). Bhai Jaita  raconta au jeune Gourou Gobind Rai et à sa famille comment Gourou Tegh Bahadur lui avait demandé d’apporter cinq païses et une noix de coco, puis qu’il se prosterne devant son fils Gobind Rai,  faisant de lui son successeur,  infusant ainsi en lui sa Lumière.

 

          Lakhi Shah Labana était un célèbre entrepreneur à Delhi et aussi un partisan du Gourou. Il profita de l’obscurité et du manque de vigilance des sentinelles Moghols, et avec l'aide de ses fils, Nagahiya, Hema, Harhi et de son ami Dhuma, ils chargèrent rapidement  le corps sacré du Gourou dans une de leurs charrettes. Craignant les représailles du gouvernement, Lakhi Shah et ses fils construisirent un bûcher funéraire à l'intérieur de leur propre maison et incinérèrent le corps. Quand il fut réduit en cendres, ils se mirent à crier dehors que leur maison était en feu et  firent appel à leurs voisins pour les aider à éteindre l’incendie. Le lendemain, ils rassemblèrent les restes du Gourou dans un pot de cuivre appelé ' gaggar' et l’enterrèrent sous son bûcher funéraire. A cet endroit, se trouve aujourd’hui un gurdwara, Rakab Ganj, tout prés de la Maison du Parlement à  New Delhi.

 

"Ayant cassé son casque

sur la tête du roi de Delhi,

il  partit pour le Paradis;

Personne d’autre dans le monde

 n’agit comme Tegh Bahadur le fit.

Le monde entier porte le deuil

à cause de la mort de Tegh Bahadur;

Il y a des larmes partout,

mais on se réjouit au Paradis."

           

            

                                          Gourou Gobind Singh- Bachitar Natak

 

 

 

 



1 Gourou appartenait au clan Sodhi.

2 Il est dit qu'Aurangzeb était à Hasan Abdal à ce temps-là mais il était rapporté continuellement au sujet des activités de Gourou.

 

 

 

 

3 Quelques écrivains disent que l’ Empereur Aurangzeb n'était pas à Delhi à ce temps-là. Il était allé à une expédition à Hasan Abdal, mais l'exécution de Gourou fut accomplie sous ses ordres. D’autres disent que toutes les conversations  eurent  lieu entre Gourou directement et Aurangzeb parce que cette occasion était unique et d'extrême importance pour obtenir son objectif de conversion en masse à l’Islam.

 

 

4 Il est dit que Gourou avait dit au Bhai Jaita que sa tête tomberait dans son giron. Sans craindre personne, il devrait l’apporter immédiatement  à Anandpur et l'y incinérer. Il est aussi dit que le Bhai Jaita  partagea ce secret avec son voisin le Bhai Nanu. Il se confia aussi au Bhai Uda, résident de Ladwa. Tous les trois apportèrent la tête de Gourou à Anandpur.