INTRODUCTION                             

 

     La religion Sikh fut fondée par Gourou Nânak en Inde et diffusée  par les enseignements des neuf Gourous qui le succédèrent (1469 – 1708). Le dixième Maître, Gourou Gobind Singh fut le dernier Gourou vivant et  proclama Gourou Granth Sahib (L'Ecriture sainte) comme le dernier Gourou à jamais.

     Gourou Granth Sahib fut écrit et compilé par les Gourous eux-mêmes, ce qui lui confère son 

authenticité. Il n’est permis à personne de changer même une virgule ou un point des 1430 pages.

    Gourou Granth Sahib ne raconte pas l'histoire de la vie des Gourous, mais il est complètement consacré à la gloire du Dieu Tout-puissant. Le Sikhisme n'est pas un mélange ou une reproduction des religions déjà existantes mais il est entièrement  une nouvelle révélation. Les enseignements que les Gourous donnèrent à ce monde, leur est venu DIRECTEMENT  de Dieu. Les Gourous

le confirmèrent:

 

     ' Ce Mot vient de Lui, Lui qui créa le monde. '

                                                  (Gourou Nânak)

     Pour atteindre le salut, le Sikhisme repousse tous les jeûnes, rites et les rituels. Il rejette l’ascétisme du Yoga, la mortification du corps, les pénitences et la renonciation. Le Sikhisme ne croit pas à l'adoration des dieux et des déesses, des cailloux, des statues, des idoles, des images et des tombes. C’est seulement le Dieu Unique, sans forme qui est glorifié.

     Les Gourous  prêchèrent la religion Sikh comme un monothéisme strict, exigeant la croyance dans un seul Etre Suprême.   Un des points essentiels  du Sikhisme est la reconnaissance de l'existence de la Lumière céleste dans chaque être  humain, riche ou pauvre, de classe sociale haute ou basse, sans distinction de caste, couleur, sexe, religion ou nationalité. Par conséquent les portes du temple Sikh, le Gurdwara (Maison du Gourou), sont ouvertes à tous, sans  préjugé ou discrimination sociale. Chaque personne dans ce monde a le même  droit d’entrer et de se joindre aux cérémonies dans le Gurdwara.

     L'institution du Langar (la Cuisine gratuite du Gourou)  commença avec le premier Gourou et fut développée par les Gourous suivants. Les règles du Langar exigeaient que tout le monde  s'asseye côte à côte et  prenne la même nourriture sans aucune discrimination  de classe,  riche ou pauvre,  prince ou  paysan. L'institution du Langar, traduit donc le principe d'égalité dans une pratique quotidienne. Le troisième Gourou donna l’ordre, que personne n’aurait une audience avec lui sans avoir mangé préalablement dans le Langar. Même Akbar, l'Empereur de l’Inde,  dût  s'asseoir avec les gens communs et dîner avant qu’il puisse voir Gourou.

 

      Nous  vous avouons les difficultés rencontrées lors de la traduction des Gurbanis (paroles des Gourous), du fait qu’il n’existe pas de version française authentique de notre Ecriture sainte pour nous guider. De ce fait,  chaque traduction oblige le traducteur à  une grande capacité de compréhension des deux  langues. Son attachement et sa participation dans la  religion sont évidents pour son travail. Cela veut dire qu’il existe des traductions diverses qui ne correspondent à aucune version standardisée définitive. Dans le cas de notre Ecriture sainte, le traducteur a rencontré de nombreuses difficultés. Par exemple, "Sidh Gosht" –  Le dialogue de Gourou Nânak avec les Sidhas, le concept de "NAM", l'exhortation "Nam Japo", le concept de "Sehaj Anand" et "Onkar", sont très difficiles à traduire. Le mot français 'nom' n'est pas  tout à fait synonyme de' NAM'. C'est une tâche herculéenne car les français ne connaissent pas ce type de concept, comme le ' Vrai Nom'  et ils ne comprennent pas la pratique de  Nam Japna. Il n’y a aucun vocabulaire qui puisse  aider à traduire ceci et beaucoup d’autres concepts et  pensées  inscrits dans Gourou Granth Sahib.

 

     A la lecture  de ce livre  on doit considérer qu'il est complètement impossible de traduire  avec justesse un texte d’une langue à une autre. La traduction n'est pas une science exacte et par conséquent,  l’interprétation littérale des Gurbani est irréalisable - il ne peut y avoir aucune  traduction exacte et définitive de notre Ecriture sainte. Nous, les auteurs, nous nous efforçons de traduire les Gurbani en français, en conservant la quintessence de leur message comme le décrétèrent les Gourous.

     Toutes les citations sont tirées du Gourou Granth Sahib à moins que nous  indiquions une autre source.

     Le but de ce livre est de diffuser la doctrine du Sikhisme comme l ‘ont enseigné successivement  les Gourous. Il n'y a aucune limite à l'éloge du Tout-puissant, mais les auteurs ont choisi d’exprimer le Message Divin du Gourou Granth Sahib et la Gloire de Son Royaume dans des termes simples.

             Nam est le thème central dans les hymnes du Gourou Granth Sahib. Le pouvoir du Nam est glorifié et admiré dans l’Ecriture sainte Sikhe. Il est le remède  de toutes les souffrances. Dans Gourou Granth Sahib,  Nam est un autre nom pour nommer Dieu. C’est  le Nam qui soutient tous les êtres et l'univers. Ce n'est pas une abstraction mentale. C’est la source de toute vie physique aussi bien que spirituelle. Rien n'est assez parfait pour exister à part et indépendamment de Nam (HIM).

La renaissance sous une forme inférieure est une punition, c’est le résultat des actions personnelles. L'âme se retrouve parfois incarnée dans la vie d’un animal, souffrant dans d’atroces agonies. La vie humaine est une bénédiction. L'être humain est la couronne de la Création. L'homme a la capacité d’être conscient de sa propre existence. Il a la capacité d’atteindre le plus haut sommet de son élévation spirituelle. La forme humaine est le chemin vers le progrès spirituel et moral. Aucune religion et aucune philosophie peuvent exister sans l’homme. Les Gourous Sikhs chantent la noblesse de l'être humain parce qu'il représente la conscience du Divin et c’est à travers l’être humain seulement  que celui-ci peut avoir le salut en méditant sur Nam. L'homme ne peut pas trouver son chemin vers le  salut à travers des  acrobaties intellectuelles et des  projets spéculatifs ou par l’extase incessante. Il le trouve uniquement à travers la méditation sur NAM. Quand les Gourous et les Bhaktas (saints) chantent les Éloges du Seigneur, ils les chantent pour glorifier l’être humain. Ils encouragent l'homme à avancer vers les plus hauts sommets de la gloire spirituelle. L'exhortation "Nam Japo" par les Gourous est dirigée vers l’homme parce que le plus haut objectif spirituel est à la portée de l'homme seulement. "Nam Japo"a comme but essentiel  l’évolution spirituelle, c’est l'objectif ultime enseigné par les Gourous sikhs.

 

            « Oú il y ait  un seul de votre taille

            Ô, Dieu, je vous louerai avant que lui

            Sachant que personne ne rivalise avec toi

            Alors je vous louerai   vous-même

            Votre Nom me donne la lumière, moi qui suis un aveugle »

 

                                         (Slok Mohalla 1, page 1242, Gourou Granth Sahib)

 

 

 

Avec toute notre dévotion et très humblement nous offrons notre salutation à Notre Seigneur, le  Monarque Suprême.

 

 

 

  March, 1990                                                                                                   Centre Missionnaire Sikh